Accueil > Blog > Le poiré, la nouveauté et la rareté de l’été !

Le poiré, la nouveauté et la rareté de l’été !

18 juin, par Nico

L’arrivée de l’été est l’occasion pour nous de vous présenter un faire-part de naissance :
Nous sommes fiers de vous présenter notre première cuvée de poiré !

Nom : Loar ("lune " en breton)
Description : poiré, issu du pressage et de la fermentation d’une dizaine de variétés de poires de nos vergers
Spécificités : 4% vol. - pur jus - pétillant naturel
Robe : claire, dorée et éclatante
Nez : frais et fruité de poire (normal)
En bouche : acidulé, fruité et léger, il se boit à toute heure !
Quantité : 600 bouteilles produites, édition limitée !!!

Petit retour en arrière : en 2013-2014 et 2015, nous avons planté nos premiers poiriers, en complément des plantations de pommiers.

Et les poiriers, c’est long à la mise à fruit, encore pire que les pommiers !. Les normands (qui sont quand même les spécialistes du poiré (surtout la région du Domfrontais, où il faut aller au moins une fois dans sa vie pour voir ce que sont de vrais poiriers tricentenaires. Allez-y au mois d’avril, pendant la floraison, c’est magnifique !). Les normands disent donc à propos du poirier : "100 ans pour pousser, 100 ans pour produire, 100 ans pour mourir". (Bon après, quel crédit accorder à la parole de mecs qui cuisinent tout à la crème ?... C’est la question que l’on est quand même en droit de se poser...)
Je plaisante...

Le poiré (cidre de poire) est un produit que nous apprécions de longue date, et nous avons toujours eu comme projet de pouvoir un jour s’essayer à en produire.

... Enfin, je dis que je plaisante... À la crème, quand même !!!...
Mais, non, allez, c’était pour détendre !...

Après avoir planté les arbres, les avoir entretenu depuis presque 10 ans, nous avons enfin fait une première récolte suffisante pour presser une micro-cuvée à l’automne 2020 !

Environ une tonne de poires a été ramassée, issue d’une dizaine de variétés différentes, reconnues pour leur capacité à produire un poiré de qualité.

...Et le nom des bleds ! "trucville", "machinville", etc !... La cata ! Un peu comme si ici tous les nom de bleds commençaient par "Ker"+qqch... T’imagines ?!..
... Non, mais c’est joli, c’est joli...

Oui, parce qu’au même titre qu’il y a des variétés de pommes "à cidre" (spécifiques), il existe également des variétés de poires "à poiré" ! Pommes à cidre/poires à poiré : même combat ; ces variétés ne se mangent pas, elles sont utilisées exclusivement en transformation.

Vous avez peut-être déjà croqué dans une pomme à cidre amère, et vous avez dit : beurk, c’est pas bon", en recrachant tout ?... Ça, c’est parce que vous n’avez jamais gouté une poire à poiré, qui ferait passer la plus amère des pommes amères pour un shokobon.

Avec la poire à poiré, on dépasse toutes les limites de l’horreur en bouche. Et ce coup-ci, on ne parle plus d’amertume, mais d’astringence pure et dure !!

C’est vraiment pas bon, l’astringence, si forte, assèche complètement le palais, et on a l’impression d’avoir mangé de la chaux avec du sable (non, je ne l’ai jamais fait non plus, mais j’imagine que ça doit faire cet effet là...).

...Et puis, bon, le Mont Saint-Michel, tout ça...

Mais bizarrement, enfin plutôt "magiquement", cette astringence si marquée dans la chair du fruit s’estompe déjà fortement après un temps de cuvage (repos des fruits broyés avant pressage), puis au fil de la fermentation lente en cave, jusqu’à ne plus être présente aujourd’hui à la dégustation ! Incroâyap’ !

Oui, car pour nous c’est aussi une découverte, travailler la poire, ce n’est pas comme travailler la pomme, les deux fruits ont des comportements et spécificités différentes, et nous n’en menions pas large au moment de la conduite de la fermentation, de la prise de mousse en bouteille etc... (jamais, en fait !)...

Aujourd’hui, nous avons hâte d’avoir vos retours sur cette nouvelle cuvée, qui en appellera d’autres (alors peut-être pas dès cet automne, malheureusement, car si la floraison des pommiers (mai) a été épargnée par les gelées d’avril, il se peut que les poiriers aient pris "un peu cher", pour utiliser un terme technique cidricole ...).

C’est une première cuvée, qui demande bien sûr à être affinée, mais en tout cas, nous, on l’aime bien, ce nouveau produit !
Comme on dit entre La Tagnière et Le Creusot : "J’en boirô des siaux !!"

Ps : Bon, pour conclure, si vous voulez déguster des super poirés, allez en vacances (entre autres) dans le sud Orne/nord Mayenne ; et puis si vous voulez tester celui de petits débutants, passez nous voir ! Bises aux amis d’outre-Couesnon !

Ps2 : excellente console

Ps3 : si toi aussi, tu trouves qu’il y a 15 fois la même photo de bouteille dans cet article, permets-moi de te dire que tu exagères un peu, elle n’est en fait présente que 12 fois...

Vos commentaires

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom